Etienne Jaumet & Félicie d’estienne d’Orve || Satori

Satori

Félicie d’Estienne d’Orves  et Etienne Jaumet.

2015

 

Le thème du satori abordé par Etienne Jaumet (Zombie Zombie) dans son dernier EP, paru en novembre 2011, rencontre les préoccupations de Félicie d’Estienne d’Orves qui vient de réaliser une sculpture et performance visuelle pour une diffusion du morceau de Iannis Xenakis, La légende d’Éer, abordant le thème de la mort et de la réincarnation.
Leurs créations se rejoignent autour d’univers qui architecturent des espaces sonores et visuels par l’abstraction et l’immersion du corps dans des installations et concerts : Etienne par ses sonorités “étendues” de synthétiseurs analogiques, et Félicie par une spatialisation cinématique de la lumière vidéo et de lasers. Le projet Satori aborde l’idée d’un basculement de perception du réel. La sculpture mise en scène est conçue comme une interface de transition, une frontière perméable entre deux réalités. Le spectacle aura pour objet de mettre en évidence ce passage et cette perméabilité.
Performance audiovisuelle spatialisée autour d’une sculpture scénique, Satori associe les sons analogiques d’Etienne Jaumet aux lumières tridimensionnelles et architecturales de Félicie d’Estienne d’Orves pour projeter le spectateur dans un espace-temps aux contours relatifs, où les sens ne se fixent plus. Dans son climax, l’esprit du satori se manifestera comme un vacillement cognitif, une apparition, dans une unité audiovisuelle et spatiale.

 

 

 

 

Michel de Broin || Molysmocène

L’origine de la vie sur terre est un spectacle érotique où l’azote, le carbone, l’hydrogène et le potassium se sont entrelacés dans une danse inaugurale. Près de 3000 millions d’années plus tard, par la faute des humains, on constate une déflation de l’activité organique sur terre; la débauche tire à sa fin. Nous entrons dans la Molymocène, l’âge des poubelles… Et si une nouvelle forme de vie émanait de la soupe composée de déchets et résidus épuisés par le capitalisme ? L’artiste tient à remercier le Musée d’art contemporain de Montréal.

Oeuvre de Michel de Broin.

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.||

Aram Bartholl || Forgot your password?

À l’été 2012, le service Yahoo Voice a été piraté et le collectif D33Ds Company a publié sa base de données entière sur Internet, y compris 450 000 mots de passe d’utilisateurs. La projection publique de ces mots de passe, habituellement secrets, nous questionne sur notre vie en ligne.

Oeuvre de Aram Bartholl, Forgot your Password?

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.

Sam Meech & Marilène Gaudet || WE’RE ALL FRIENDS HERE / ON EST TOUS UN GROUPE D’AMI(E)S ICI

Sam Meech présente une série d’œuvres qui témoigne d’expériences vécues par des gens du centre-ville de Montréal et critique le rôle des arts dans un environnement urbain en évolution. À partir d’entretiens et d’une recherche visuelle réalisée dans le Quartier des spectacles, l’auteur enregistre et représente de manière imaginative les idées, les expériences et l’iconographie des personnes qui y évoluent, sous la forme de modèles de tricots jacquard traditionnels. À la place de la Paix, le public est convié à participer à Crossed Lines, une onde tricotée réactive, qui représente visuellement ces entretiens. Il est possible de les écouter à partir de la cabine téléphonique et de laisser un message : leurs voix se joindront aux autres dans le tricot sur la façade de vidéoprojection. Tout autour, des bannières signalétiques, réalisées en collaboration avec Marilène Gaudet rappellent des détails tirés de l’iconographie du quartier. Au Centre de design de l’UQAM, le « film-tricot » Ceci n’est pas un spectacle, traduit les idées et expériences recueillies au cours des entrevues sous la forme de motifs, symboles et déclarations qui apparaissent dans de glorieuses formes tricotées en basse résolution.

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.

Bengt Sjolen & Weiz 7 ||UNINTENDED EMISSIONS

À notre insu, notre téléphone mobile parle constamment dans notre dos. Sans aucune action de notre part, il émet une quantité importante d’information dans l’environnement. Unintended Emissions capte, dissèque, mine et cartographie en temps réel ces émissions involontaires et invisibles des appareils mobiles du public.

Une oeuvre de Bengt Sjolen & Weiz 7.

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.

 

Daniel Iregui (Iregular) || End of Broadcast

Constamment bombardés d’images et d’informations, entourés de médias et hyper connectés au monde, tout ce que nous voyons et entendons reste emmagasiné dans notre mémoire, l’affectant de diverses manières. End of Broadcast est une installation interactive de Daniel Iregui qui représente un moment de déconnexion, où la seule manière de rester branché passe par les souvenirs. Le public est invité à bouger les mains devant l’écran pour découvrir des fragments vidéo qu’ils peuvent contrôler par leurs mouvements. Ce besoin d’interaction constitue une métaphore de notre incapacité à se déconnecter.

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.

 

Tobias Ebsen || Poème Mécanique

L’artiste danois Tobias Ebsen présente Poème Mécanique une oeuvre sonore composée de 850 disques électromagnétiques assemblés dans un cercle  de 4m50 de diamètre suspendue en plein centre de la place Georges Emile Lapalme, sous la verrrière de la Place des Arts.

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique. Tobias Ebsen travaille avec subtilité une oeuvre minimale dans une espace de passage quotidien entre le bureau et la maison. Son oeuvre se ressent comme une pause douce et légère dans notre quotidien parfois trop pressé et bruyant.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.