Frank Bretschneider and Pierce Warnecke || SINN + FORM

SINN + FORM is a homage to the pioneers of visual music and electro-acoustic compositions from the 20th century, that also embraces contemporary technology and tools without showcasing them. In this sense, both sound and image originate in the analogue world. The video is created using printed still images that become dynamic through a process of mechanical movement and lighting changes thanks to a custom made ‘dream-machine’ style device.”

Je trouve le dispositif pour créer les images en mouvement tout à fait intéressant.

Casey REAS || https://www.youtube.com/results?search_query=adventuretime

2015

Casey REAS
Code, digital images, computer, screen
1080 x 1920 pixels

 

This documentation video captures a few minutes of a continuous, generative collage. The source videos for the collage are the search results for “youtube.com/results?search_query=adventuretime”;. The images are created by sampling the source videos and the audio is synthesized from the color data of the images. The sound was created by Thom Rugo.

Jordane Saunal || Cross Product

Cross Product – Vidéo de performance – 15 min

Jordane Saunal – Lauréate du Prix Prisme 2015, Reims

Dans une époque où l’imaginaire collectif est alimenté par des fins du monde apocalyptiques, des scénarios de prise de pouvoir de la technologie sur l’Homme ; les questionnements généralisés concernant notre futur aux côtés de celle-ci éveillent à la fois la fascination et la peur chez grand nombre d’entre nous.

Il ne tiens cependant qu’à nous d’en extraire avec optimisme les traits d’un futur plus doux et d’orienter par la pratique, les fins d’une technologie au service de la nature.
CROSS PRODUCT est un acte poétique et symbolique mêlant humain, nature et robotique, tous trois acteurs d’une même pièce musicale, à la recherche d’une harmonie commune. Le robot, dont la gestuelle se réfère à celle d’un animal, joue sa propre partition en interagissant avec les plantes autour de lui. Il déclenche des samples sonores par son contact avec elles, prenant ainsi part à la composition. Les interactions avec son environnement passent d’abord par une phase d’approche, d’apprivoisement, pour ensuite s’émanciper dans une compréhension collective débridée.

Dans l’éveil de la technologie, vient le réveil des foules pour les origines ;

La Terre, la nature, la femme, l’animal, les essences du monde dans lequel on vit. Puisque la technologie questionne l’humanité et la condition humaine, alors, ne serait-ce que pour cette raison, sa présence et son évolution sont bénéfiques à l’Homme. Elle le pousse dans une remise en question de son état intrinsèque, et vers cette envie de renouer des liens à la source ; de rechercher une harmonie nouvelle avec ce qui l’entoure, tout en adoptant des paramètres sociaux culturels naissants.

In the awakening of technology, comes the awakening of the crowds for the origins;
The Earth, the nature, the woman, the animal, the essences of the world in which we live. Because the technology questions the humanity and the human condition, then, if it was only for that reason, its presence and its evolution are beneficial to the human beings. It urges him in a questioning of his intrinsic state, and towards this desire to retie links to the source ; to look for a new harmony with what surrounds him, while adopting rising cultural social parameters.

 

EtienneRey & Wilfried Wendling || SpaceOdyssey 2015

Document vidéo installation Space Odyssey / 2013-2015

RÉALISATION
Etienne Rey, artiste plasticien
Wilfried Wendling, Compositeur
Laurent Perrinet, Chercheur en Neurosciences à l’INT / AMU-CNRS
Julien Marro Dauzat, Ingénieur, Biogène

CO-PRODUCTION
Seconde Nature
La Muse en Circuit
CNRS / INT, Institut de Neurosciences de la Timone
Etienne Rey / Atelier des Ondes Parallèles

Installation immersive, Space Odyssey plonge le public au cœur d’un faisceau lumineux. Entre sculpture et architecture immatérielles, l’installation nous situe dans un espace où nos références deviennent mobiles, les distances élastiques, l’équilibre précaire.
Voyage stroboscopique au cœur de la matière lumineuse, la traversée de Space Odyssey, en référence au film de Stanley Kubrick, est un passage, un seuil sensoriel, mental et conceptuel qui se situe au confluent de la physique et des expérimentations sur la perception, poursuivant les travaux des protagonistes de l’art cinétique.

spaceodyssey-01

spaceodyssey02

spaceodyssey03

Space Odyssey is an immersive installation that plunges the public into the heart of a light beam. Between immaterial sculpture and architecture, the installation places us within a space where our references become mobile, distances become elastic, balance becomes precarious.
The crossing of Space Odyssey, in reference to Stanley Kubrick’s movie, is a stroboscopic journey into the heart of bright material and a passage, a mental and abstract sensorial threshold. It is situated in the confluence of physics and perception experiments and continues works of kinetic art protagonists.

Sam Meech & Marilène Gaudet || WE’RE ALL FRIENDS HERE / ON EST TOUS UN GROUPE D’AMI(E)S ICI

Sam Meech présente une série d’œuvres qui témoigne d’expériences vécues par des gens du centre-ville de Montréal et critique le rôle des arts dans un environnement urbain en évolution. À partir d’entretiens et d’une recherche visuelle réalisée dans le Quartier des spectacles, l’auteur enregistre et représente de manière imaginative les idées, les expériences et l’iconographie des personnes qui y évoluent, sous la forme de modèles de tricots jacquard traditionnels. À la place de la Paix, le public est convié à participer à Crossed Lines, une onde tricotée réactive, qui représente visuellement ces entretiens. Il est possible de les écouter à partir de la cabine téléphonique et de laisser un message : leurs voix se joindront aux autres dans le tricot sur la façade de vidéoprojection. Tout autour, des bannières signalétiques, réalisées en collaboration avec Marilène Gaudet rappellent des détails tirés de l’iconographie du quartier. Au Centre de design de l’UQAM, le « film-tricot » Ceci n’est pas un spectacle, traduit les idées et expériences recueillies au cours des entrevues sous la forme de motifs, symboles et déclarations qui apparaissent dans de glorieuses formes tricotées en basse résolution.

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.

Bengt Sjolen & Weiz 7 ||UNINTENDED EMISSIONS

À notre insu, notre téléphone mobile parle constamment dans notre dos. Sans aucune action de notre part, il émet une quantité importante d’information dans l’environnement. Unintended Emissions capte, dissèque, mine et cartographie en temps réel ces émissions involontaires et invisibles des appareils mobiles du public.

Une oeuvre de Bengt Sjolen & Weiz 7.

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.