Dérapage 16 || appel de films & soirée @ Cinémathèque Québécoise


Créé à l’origine comme étant un cours d’expérimentation vidéo à l’école de design de l’UQAM par le professeur JP Fauteux, Dérapage est à la suite devenue un “festival” de films non narratifs produit entièrement par une petite équipe composée majoritairement d’étudiants et appuyés par le professeur Fauteux et les techniciens du lab.design à l’UQAM.

Cette année la 16e édition lance son appel de créations audiovisuelles (vidéos) non narratives et invite tous les artistes à soumettre leurs oeuvres de 30secs à 3mins.

infos : derapage.ca

 

Dérapage 16

Dérapage 16

 

 

Jordane Saunal || Cross Product

Cross Product – Vidéo de performance – 15 min

Jordane Saunal – Lauréate du Prix Prisme 2015, Reims

Dans une époque où l’imaginaire collectif est alimenté par des fins du monde apocalyptiques, des scénarios de prise de pouvoir de la technologie sur l’Homme ; les questionnements généralisés concernant notre futur aux côtés de celle-ci éveillent à la fois la fascination et la peur chez grand nombre d’entre nous.

Il ne tiens cependant qu’à nous d’en extraire avec optimisme les traits d’un futur plus doux et d’orienter par la pratique, les fins d’une technologie au service de la nature.
CROSS PRODUCT est un acte poétique et symbolique mêlant humain, nature et robotique, tous trois acteurs d’une même pièce musicale, à la recherche d’une harmonie commune. Le robot, dont la gestuelle se réfère à celle d’un animal, joue sa propre partition en interagissant avec les plantes autour de lui. Il déclenche des samples sonores par son contact avec elles, prenant ainsi part à la composition. Les interactions avec son environnement passent d’abord par une phase d’approche, d’apprivoisement, pour ensuite s’émanciper dans une compréhension collective débridée.

Dans l’éveil de la technologie, vient le réveil des foules pour les origines ;

La Terre, la nature, la femme, l’animal, les essences du monde dans lequel on vit. Puisque la technologie questionne l’humanité et la condition humaine, alors, ne serait-ce que pour cette raison, sa présence et son évolution sont bénéfiques à l’Homme. Elle le pousse dans une remise en question de son état intrinsèque, et vers cette envie de renouer des liens à la source ; de rechercher une harmonie nouvelle avec ce qui l’entoure, tout en adoptant des paramètres sociaux culturels naissants.

In the awakening of technology, comes the awakening of the crowds for the origins;
The Earth, the nature, the woman, the animal, the essences of the world in which we live. Because the technology questions the humanity and the human condition, then, if it was only for that reason, its presence and its evolution are beneficial to the human beings. It urges him in a questioning of his intrinsic state, and towards this desire to retie links to the source ; to look for a new harmony with what surrounds him, while adopting rising cultural social parameters.

 

Michel de Broin || Molysmocène

L’origine de la vie sur terre est un spectacle érotique où l’azote, le carbone, l’hydrogène et le potassium se sont entrelacés dans une danse inaugurale. Près de 3000 millions d’années plus tard, par la faute des humains, on constate une déflation de l’activité organique sur terre; la débauche tire à sa fin. Nous entrons dans la Molymocène, l’âge des poubelles… Et si une nouvelle forme de vie émanait de la soupe composée de déchets et résidus épuisés par le capitalisme ? L’artiste tient à remercier le Musée d’art contemporain de Montréal.

Oeuvre de Michel de Broin.

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.||

Aram Bartholl || Forgot your password?

À l’été 2012, le service Yahoo Voice a été piraté et le collectif D33Ds Company a publié sa base de données entière sur Internet, y compris 450 000 mots de passe d’utilisateurs. La projection publique de ces mots de passe, habituellement secrets, nous questionne sur notre vie en ligne.

Oeuvre de Aram Bartholl, Forgot your Password?

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.

Sam Meech & Marilène Gaudet || WE’RE ALL FRIENDS HERE / ON EST TOUS UN GROUPE D’AMI(E)S ICI

Sam Meech présente une série d’œuvres qui témoigne d’expériences vécues par des gens du centre-ville de Montréal et critique le rôle des arts dans un environnement urbain en évolution. À partir d’entretiens et d’une recherche visuelle réalisée dans le Quartier des spectacles, l’auteur enregistre et représente de manière imaginative les idées, les expériences et l’iconographie des personnes qui y évoluent, sous la forme de modèles de tricots jacquard traditionnels. À la place de la Paix, le public est convié à participer à Crossed Lines, une onde tricotée réactive, qui représente visuellement ces entretiens. Il est possible de les écouter à partir de la cabine téléphonique et de laisser un message : leurs voix se joindront aux autres dans le tricot sur la façade de vidéoprojection. Tout autour, des bannières signalétiques, réalisées en collaboration avec Marilène Gaudet rappellent des détails tirés de l’iconographie du quartier. Au Centre de design de l’UQAM, le « film-tricot » Ceci n’est pas un spectacle, traduit les idées et expériences recueillies au cours des entrevues sous la forme de motifs, symboles et déclarations qui apparaissent dans de glorieuses formes tricotées en basse résolution.

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.

Bengt Sjolen & Weiz 7 ||UNINTENDED EMISSIONS

À notre insu, notre téléphone mobile parle constamment dans notre dos. Sans aucune action de notre part, il émet une quantité importante d’information dans l’environnement. Unintended Emissions capte, dissèque, mine et cartographie en temps réel ces émissions involontaires et invisibles des appareils mobiles du public.

Une oeuvre de Bengt Sjolen & Weiz 7.

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.

 

Daniel Iregui (Iregular) || End of Broadcast

Constamment bombardés d’images et d’informations, entourés de médias et hyper connectés au monde, tout ce que nous voyons et entendons reste emmagasiné dans notre mémoire, l’affectant de diverses manières. End of Broadcast est une installation interactive de Daniel Iregui qui représente un moment de déconnexion, où la seule manière de rester branché passe par les souvenirs. Le public est invité à bouger les mains devant l’écran pour découvrir des fragments vidéo qu’ils peuvent contrôler par leurs mouvements. Ce besoin d’interaction constitue une métaphore de notre incapacité à se déconnecter.

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.

 

Tobias Ebsen || Poème Mécanique

L’artiste danois Tobias Ebsen présente Poème Mécanique une oeuvre sonore composée de 850 disques électromagnétiques assemblés dans un cercle  de 4m50 de diamètre suspendue en plein centre de la place Georges Emile Lapalme, sous la verrrière de la Place des Arts.

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique. Tobias Ebsen travaille avec subtilité une oeuvre minimale dans une espace de passage quotidien entre le bureau et la maison. Son oeuvre se ressent comme une pause douce et légère dans notre quotidien parfois trop pressé et bruyant.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.

Human Futures || Espace Commun?

 

Nous sommes heureux de vous présenter en grande primeur le projet Espace commun? réalisé en collaboration avec le Quartier des spectacles de Montréal , l’ONF et Mutek_IMG

Espace Commun? c’est un parcours de 8 oeuvres inédites dans divers lieux du Quartier des spectacles de Montréal, présenté du 1er au 18 octobre 2015. Il réunit les talents de 13 artistes en provenance de 7 pays.

À l’aide de la technologie, de vidéoprojections et d’outils d’interactivité, ces créateur nous invitent à repenser la perception que nous avons de l’espace public et de notre environnement. Ils nous proposent une réflexion en mouvement sur la place que prend la technologie dans nos vies et de quelle manière celle-ci redéfinit et transforme l’espace que nous partageons.

À propos de Human Futures :

As an international collaboration between cultural partners in Liverpool, Aarhus, Berlin, Vienna and Montreal, Human Futures: Shared Memories and Visions seeks to incite a process of re-evaluation in how we conceive our surroundings. Across the host cities, a series of newly commissioned cultural projects will invite citizens to participate in shared encounters; each offering a renewed conception of our environments and confronting the accelerating potential for communication and collaboration. Structured as a series of eight artist residencies, each hosted by a partner organisation, the idea of sharing and of the exchange is central to the project’s philosophy, Canadian and European artists trading-places and opening up new platforms for dialogue on an international scale. In rethinking the connections between cities, artists will respond to their new urban environments and engage with local communities and concerns; each tackling a different model of space and re-imagining its capacity for shared experience. Sharing in; cognitive spacenetworked spaceliving space and urban space will all be explored, offering glimpses of impending realities and multiple embodiments of the future community.

With the escalating potentials of technology requiring new considerations of our ability to comprehend and engage with such spaces in our daily lives, this project sets out to forecast and interrogate the future terrains that will shape our experiences. Just as the fundamental 20th Century discourses upon the understanding of space were manifestations of the bourgeoning potentials for new communication and personal locomotion; Human Futures establishes such dialogues as an on-going necessity. In revealing new geographies through the interconnectedness of formerly disparate locations, this project seeks to develop a renewed perspective, a new standpoint from which to regard our environments. It is in such comprehension of the changing ‘shape’ of space that we can affirm our relationship with, and affinity to our surroundings; and recognise the abilities for community building and collective action now being offered to us.

It is the artists’ function to support this recognition, creating dynamic platforms for a shared conception of space; and evaluating the implications that these new ways of thinking have for our view of the world and our position within it. Formats for presenting these artistic outcomes will include a Marketplace in Aarhus, a Projection Parcours in Montreal, an Exposition in Liverpool and a Human Futures Toolkit, which will  provide strategies for stimulating creative sharing and collective identities for the future development of our cities. It is technology’s ability to re-contextualise our perceived position within space that demands such a renewed outlook, no longer enforced upon us, the structure of our surroundings is increasingly a consequence of our own design. The understanding of space, both past and present, maps out a path of fluid transition; one that we must retrace and learn from, as it flows into the shifting potentiality of our advancing horizons. Within this, the role of the artist is refocused, yet in a way that is somehow familiar, as the observer of what is and the interrogator of what ought to be; our future is no longer a circumstantial imposition, but a choice.]|]]|

Nonotak || DAYDREAM V.4

DAYDREAM est une installation audiovisuelle qui génère des distorsions dans l’espace visuel ce qui créer une illusion de décalage entre le temps et l’espace. Lorsque l’on s’approche très près de l’oeuvre, son aspect immersif permet à l’audience de se détacher en partie de la réalité et de plonger dans un espace virtuel.

plus d’infos ici : http://www.nonotak.com/

nonotak || daydream

nonotak-daydream1