Tobias Ebsen || Poème Mécanique

L’artiste danois Tobias Ebsen présente Poème Mécanique une oeuvre sonore composée de 850 disques électromagnétiques assemblés dans un cercle  de 4m50 de diamètre suspendue en plein centre de la place Georges Emile Lapalme, sous la verrrière de la Place des Arts.

Cette pièce est une des 8 oeuvres multimédia et numérique présentées dans le cadre du Project Espace Commun?, une production du Quartier des Spectacles, l’ONF et de MUTEK. Le projet Espace Commun? nous questionne sur notre relation à nos espaces communs, public et privées à l’ère du numérique. Tobias Ebsen travaille avec subtilité une oeuvre minimale dans une espace de passage quotidien entre le bureau et la maison. Son oeuvre se ressent comme une pause douce et légère dans notre quotidien parfois trop pressé et bruyant.

Montréal constitue la première étape de ce parcours interactif international qui s’inscrit dans le vaste projet Human FuturesUne initiative qui vise à entamer un dialogue entre les villes, à l’échelle internationale.

Le projet global est le fruit d’une collaboration internationale entre plusieurs partenaires culturels, basés respectivement à Liverpool (Royaume-Uni), Aarthus (Danemark), Berlin (Allemagne), Vienne (Autriche) et Montréal (Canada). Ces différentes organisations commissionnent la production de nouvelles créations d’art publique, auxquelles les citoyens sont invités à participer.

Nelly-Ève Rajotte || Muu

Muu, Nelly-Ève Rajotte

Installation vidéo et sonore

boucle 10 min

HD 60i

L’installation vidéo et sonore muu, présente des images d’une Amérique désertique  mythique sous la thématique de  la disparition. C’est à cet égard que les images de l’ouest américain prennent leur sens, le désert étant l’endroit où il y a déjà eu existence mais dont il ne reste que l’ineffable trace. Lieu de perte de repères et de temporalité.  L’œuvre s’inspire esthétiquement du genre cinématographique Western Spaghetti, l’utilisation du son lent et rythmé imposant une tension dramatique, des plans de caméra très large sur des paysages imposant et des plans plus subjectifs. Tout comme dans le Western Spaghetti  ou la quête violente et funeste du protagoniste se situe entre le son et l’image,  muu pose l’interaction du  spectateur entre l’espace vidéographique  et  l’espace sonore.  La bande sonore inspirée de Il était une fois dans l’ouest,  du compositeur Ennio Morricone,  plonge le visiteur dans un univers  ambigu, une ambiance déroutante qui infuse une tension faussement narrative à la vidéo  révélant  l’immensité, la perte et la disparition.

Muu is an installation revealing images of the mythical American desert, around the theme of disappearance. The project presents itself as a Western film without protagonists. Its inherent quest is interaction with the viewer, who stands in the midst of the videographic and sonic spaces of the piece. The disconcerting mood of the soundtrack places the viewer in an ambiguous space, creating a tension within the video component and expressing vastness and emptiness.

Elena Mir || Geomitric spaces

http://vimeo.com/61095386

Elena Mir est un artiste du papier basée en Espagne. Après avoir terminé ses études en arts plastiques, elle a travaillé à plein temps comme illustratrice, graphiste et designer multimédia. Elle travaille maintenant dans son propre studio et passe son temps à faire des découpages, installations, photographie, sculpture, graphisme et l’illustration. Elle enseigne également des ateliers sur les techniques Papercut et l’illustration.

Ma” Carassou-Maillan || Trace G1 & G2

Trace G1 © Ma” Carassou-Maillan

tirage photo 20 x 20 pouces sur papier métalique  – edition de 5 – oct 2012

 

Trace G2 © Ma” Carassou-Maillan

tirage photo 20 x 20 pouces sur papier métalique  – edition de 5 – oct 2012

Ma” Carassou-Maillan amplifie la beauté mathématique des mécanismes du code informatique jusqu’à une abstraction visuellement élégante et organique. A travers un processus répétitif de projection et de prise de photographie, Ma” génère différents patterns et mouvements qui créent des formes aléatoires ou contrôlées et laissent ainsi des traces d’objets et de lumières que le capteur de la caméra saisi à la manière d’une persistance rétinienne.

 

 

Découvrez le duo Sculpture

Dan Hayhurst joue avec des bobines de bandes magnétiques, de vieux magnétophones et baladeurs, enregistre et échantillonne.

[vimeo id=29930315 w=600&h=337]

Reuben Sutherland joue avec les techniques d’animations et des vinyls.
Ensemble, ils sont Sculture, un duo basé à Londres.
 [vimeo id=30911577 w=600&h=337]
Le morceau Elk Cloner apparait sur l’album TOAD BLINKER.
Octobre 2011

Heng || Infrarouge

De quelques coups de rouleaux hasardeux, d’une tache accidentelle de goudron ou de l’imperfection d’un geste, Heng construit, dans le calme de son atelier, d’intrigantes chimères urbaines.

Guidé par sa fascination pour l’architecture New Yorkaise et ses nombreuses années passées à peindre les murs de la ville, il explore actuellement l’immensité d’un univers fait de béton, de néons et d’acier où des cités sans début ni fin nourrissent notre imagination.

Spontanément, ses toiles se couvrent de masses dynamiques qu’il façonne par petites touches, faisant surgir du néant un monde en clair-obscur fait de matières, de nuées de couleurs vives et de perspectives sauvages, toutes dirigées droit vers Times Square.

[vimeo id=36889890 w=512&h=288]

La réalisation de la toile de Heng intitulée Infrarouge, 2x2m.
Temps réel environ 12h.
Février 2012

Portrait of the ghost drummer

[vimeo id=34682556 w=512&h=288]

Bartek Szlachcic est un artiste designer, musicien, performeur.

Ce travail a été  réalisé lors d’un résidence au Laboratoire de la Culture de Newcastle [GB].

Portrait of the ghost drummer est un projet multidisciplinaire qui explore les qualités graphiques pendant le jeu d’un drummer sur un kit de batterie rappelant des ambiances proches du tambour, de l’action painting, de la chorégraphie ou de la calligraphie japonaise.

Du point de vue technique le motion a été capturé sur Vicon MX et ensuite traduit en langage visuel dans un environnement 3D Cinema4D.

“When I am in my painting, I’m not aware of what I’m doing. It is only after a sort of ‘get acquainted’ period that I see what I have been about. I have no fear of making changes, destroying the image, etc., because the painting has a life of its own. I try to let it come through. It is only when I lose contact with the painting that the result is a mess. Otherwise there is pure harmony, an easy give and take, and the painting comes out well.”

— Jackson Pollock, My Painting, 1956 (source: wikipedia)